CRDS

rue Despars 94
B-7500 Tournai
Tél. +32 (0)69/ 64 65 70
Fax +32 (0)69/ 44 31 68

Accueil

 

Les axes de recherche du CRDS

 

 

Ü Axe 1 :          Validation des procédures diagnostiques en psychiatrie et en psychopathologie auprès de populations délinquantes ou internées

 

Ces évaluations diagnostiques via la MINI (Lecrubier et al., 1998) la SCID-II (First, Spitzer, Gibbon, Williams & Benjamin, 1997) concernent l’ensemble de la population de la Défense Sociale (Tournai pour les hommes et Mons pour les femmes). Les instruments diagnostiques dûment validés contribuent à une meilleure connaissance de la comorbidité psychiatrique au sein des populations délinquantes ou internées. Cette connaissance est essentielle pour la définition des priorités thérapeutiques tant psychiatriques/ psychologiques que psycho-pharmacologiques.

 De manière plus spécifique, nous attachons une attention particulière à l’évaluation de la qualité de vie auprès de délinquants. Le vécu des personnes internées ou détenues est considéré sous l’angle de la qualité de vie perçue. Ces recherches s’inscrivent dans le courant qui vise l’humanisation des conditions d’enfermement et notamment des conditions de détention. « L’exécution de la peine ou mesure privative de liberté s’effectue dans des conditions psychosociales, physiques et matérielles qui respectent la dignité humaine, permettent de préserver ou d’accroitre chez le détenu le respect de soi et sollicitent son sens des responsabilités personnelles et sociales » (Loi Dupont, 2005 ; Art.5 §1, Moniteur belge).

Elles apportent des éléments sur l’influence des troubles mentaux sur la qualité de vie perçue par des délinquants dans des milieux d’enfermement. Nos recherches visent à réfléchir les liens entre la qualité de vie perçue, les effets et l’observance thérapeutiques, la conscience des troubles, la rechute psychiatrique, la récidive criminologique et les stratégies visant à améliorer la qualité de vie.    

Les études ont également pour but de valider des instruments standardisés tels que:

Ø   Le Measuring Quality of Prison Life (MQPL; Liebling & Arnold, 2004),

Ø   Le World Health Organization Quality of Life - Bref (WHOQOL-BREF; WHOQOL Group, 2000 ; Harper & Power, 1998).

 Le CRDS a développé ces dernières années des études sur la Déficience Intellectuelle (DI) auprès de populations antisociales, avec un intérêt particulier pour le Double Diagnostic (DI associée à une comorbidité psychiatrique). Dans la veine de ces recherches, un travail de validation d’un instrument d’évaluation des troubles psychiatriques auprès des patients DI est en cours : la MINI-PAS-ADD  (Moss, 2002).

 

Ü Axe 2 :   La validation des échelles d’évaluation et de gestion du risque de dangerosité en criminologie clinique

 Ce second axe concerne la validité discriminante et prédictive des échelles d’évaluation et de gestion du risque. De nombreuses échelles ont été publiées dans la littérature internationale mais, à notre connaissance, mis à part les activités du CRDS, aucune d’entre-elles n’a encore été validée empiriquement en Europe francophone.

 Les deux principaux sous-groupes de la Défense Sociale qui sont concernés par ces évaluations sont les patients ayant commis des délits présentant une violence interpersonnelle élevée ainsi que ceux qui ont commis des faits à caractère sexuel:

Pour les patients ayant commis des délits violents, nous disposons de données longitudinales pour les instruments suivants:

 Ø   La Historical-Clinical- Risk-20 items (HCR-20, Webster et al, 1997),

Ø   La Violence Risk Appraisal Guide (VRAG, Quinsey et al, 1998),

Ø   L’échelle de la Psychopathie de Hare (PCL-R, Hare, 2003).

 Pour les auteurs d’agressions sexuelles, nous disposons de données longitudinales pour les instruments suivants:

Ø  La Sex Offenders Risk Appraisal Guide (SORAG, Quinsey et al, 1998),

Ø  La Sex Violence Risk-20 items (SVR-20, Boer et al, 1995),

Ø  L’échelle de la psychopathie de Hare (PCL-R, Hare, 2033),

Ø  La Static-99R (Hanson  & Thornton, 1999, 2003),

Ø  La Risk for Sexual Violence Protocol (RSVP, Hart, Kropp, Laws, Klaver, Logan & Watt, 2003).

 

Ü Axe 3 :          L’étude du parcours post-institutionnel d’auteurs d’infractions à caractère sexuel (AICS) suite à la prise en charge intra-muros en Région Wallonne.

 Cet axe concerne les taux de récidive officielle générale, sexuelle, violente et non violente. Il nécessite des évaluations sur des périodes de suivi relativement longues afin d'identifier des taux de récidives stables. Cette étude concerne aussi la prise en charge des (AICS) via une recherche-action de type prospectif à moyen ou long terme (Pham, Ducro, Martin, & Pihet, 2010). Elle couvre les variables essentielles liées aux : (a) délits, (b) niveau de risque lors de la libération, (c) diagnostics mentaux, (d) paramètres socio environnementaux et (e) celles liées à la prise en charge. Ces variables sont essentielles pour mesurer l’évolution des AICS dont la plupart sont suivis dans le système de soin ambulatoire en Région Wallonne. Ces variables sont reconnues comme étant prédictives/protectrices d’un potentiel risque de récidive. Elles permettent d’apprécier les besoins des AICS ainsi que leur niveau de réceptivité à cette prise en charge.

 

Ü Axe 4 :          La recherche de type expérimentale auprès des différents sous-groupes de sujets délinquants

 Cet axe de recherche fondamentale se base davantage sur le paradigme expérimental et comparatif. Il s’attache à dégager des spécificités cliniques auprès de populations antisociales, lesquelles contribueront à orienter leur prise en charge.

 Cet axe porte sur trois domaines complémentaires qui présentent des recouvrements théoriques et empiriques:

 * La psychologie du comportement violent:

 Ces recherches portent sur la validation d’instruments standardisés ayant un lien direct avec le comportement violent:

Ø   Le Questionnaire d’Agression de Buss et Perry (1992) ;

Ø   Les différentes échelles de stress et notamment celles qui évaluent le stress post-traumatique (PTSD chez les sujets homicidaires par exemple) ;

Ø   Les échelles d’impulsivité (ex: Barratt et Patton 1995).

 * La psychologie des émotions:

Ø  Recherche sur les expressions faciales des émotions chez les sujets psychopathiques,

Ø  Recherche sur le discours émotionnel auprès de sujets psychopathiques,

Ø  Analyse multi-niveaux (expressions faciales, vocales, analyse du discours émotionnel, indicateurs psychophysiologiques, analyse du comportement non verbal) des processus émotionnels lors de l’évocation de souvenirs autobiographiques auprès de populations antisociales avec ou sans comorbidité psychiatrique (psychopathie/psychose). 

Ø  La neuropsychologie clinique et cognitive:

Ces recherches portent sur le traitement de l’information à travers le paradigme attentionnel et les fonctions exécutives. En lien direct avec la neurobiologie, elles utilisent tant des instruments classiques (Tour de Londres, test de Stroop, Modified Card Sorting Test, etc.) en neuropsychologie que des tâches attentionnelles mieux contrôlées sur le plan expérimental (tâche de Miyake, Continuous Performance Test III, Iowa Gambling Task, etc.).

De plus, des travaux sont menés sur l’évaluation des fonctions mnésiques (Grober & Buschke, 1987).

 

Au-delà de ces quatre axes de recherche, il appartient au CRDS de développer l’aspect d’information et de communication, afin de permettre une diffusion des connaissances et d’optimaliser la thérapeutique et l’accompagnement des populations délinquantes ou internées.